L'animatrice Art Plastiques


Voici un portrait de l'animatrice Joëlle Ranc tiré de l'article .

Depuis son enfance, Joëlle aime l’art : « Tout ce qui ne servait à rien me plaisait, tout ce qui relevait du plaisir des yeux ». Elle choisit pourtant de suivre des études de commerce en préparant un DUT marketing. Son premier emploi la plonge dans le monde de la mode, et exerce ensuite comme professeur puis comme coordinatrice pédagogique. Ce qui lui plait alors dans son travail, c’est la transmission. A cette époque, elle se contente de griffonner des pages blanches, les bords des cahiers de réunion….

Jusqu’à ces 40 ans, où elle décide de reprendre le chemin de l’université pour pouvoir obtenir dans un premier temps un DEUG puis une licence en Arts Plastiques et prépare en parallèle un Diplôme Universitaire en Art et Créativité. Comme Joëlle est une passionnée et qu’elle veut pouvoir transmettre son savoir et donner une place à tous ceux qui ont besoin de créativité, elle décide avec Danielle Navarro de se lancer dans l’aventure en créant l’association Art Déclic. Rapidement aux groupes d’enfants s’ajoutent un, puis deux groupes d’adultes. Etant continuellement dans la soif d’apprendre, de rechercher des nouveautés et d’acquérir de nouvelles compétences, elle suit une formation de modelage puis de gravure.

Ses points forts : oser se lancer, « aime le renouvellement, chercher, à partir d’une contrainte, quelque chose qui lui correspond ». Ce qu’elle aime « c’est la démarche ».

Elle définit ainsi son travail comme: « dans la peinture j’aime la trace, la matière ». Son univers artistique « est féminin en majorité, sa préoccupation est plus chez la femme ».

La compréhension de son univers n’est pas facile et relève de l’interprétation de chacun : « Tâche surtout de ne pas expliquer ton tableau laisse à l’autre le droit d’exercer son imagination » « il faut qu’il y ait dans le tableau plus d’âme que d’intelligence » !



L'animateur Photographie


Voici un portrait de l'animateur photographie Jean-Paul Hody.


Formé en 1970 à la photographie argentique à l'école Louis Lumi&eagrave;re, j'ai basculé sans nostalgie au tout numérique en 2005. Tout l'acquis de l'argentique s'est adapté tr&eagrave;s rapidement au numérique tant à la prise de vue qu'au laboratoire.

La possibilité d'analyse immédiate des photos lors de la prise de vue permet une approche plus intuitive et pragmatique de la technique. L'absence de coût de consommable et la possibilité de nombre élevé de photos permettent d'effectuer en direct des variantes de réglages.

Les travaux de laboratoire sont basés sur les logiciels libres de droits permettant d'acquérir une technique sans investissement supplémentaire. Les logiciels nécessitant une licence d'usage de niveau supportable pour des particuliers sont abordés dans un second temps.

La démarche pédagogique n'est pas d'apprendre la technique pour elle même, mais de pouvoir intervenir sur l'automatisme des appareils et sur le traitement du laboratoire afin de transmettre ce de nous percevons en photographiant.

Une fois acquise, la technique doit être oubliée car elle devient naturelle. Nous obtenons ainsi des photos techniquement correctes. Nous nous consacrons ainsi qu'à leurs seuls aspects subjectifs et artistiques en libérant notre imagination et notre créativité.